GUIDE DES ÉLECTIONS DU CSE

Peut-on refuser une liste de candidats dans le cadre des élections CSE ?

Dernière actualisation : 31 Janvier 2022

Peut-on refuser une liste de candidats dans le cadre des élections CSE ?

Lors du dépôt des candidatures par les organisations syndicales ou par les salariés remplissant les conditions d’éligibilité au sein de l’entreprise concernée par les élections du comité social et économique (CSE), il peut arriver que certaines listes apparaissent comme invalides aux yeux de l’employeur. Peuvent-elles être refusées par ce dernier ?

C’est la jurisprudence qui est venue répondre à cette question puisqu’elle retient que l’employeur ne peut pas se faire juge des candidatures présentées aux élections. Il ne peut d’ailleurs pas procéder à la modification de ces dernières s’il constate une irrégularité les concernant (ex : nombre de candidats présentés supérieur au nombre de sièges à pourvoir, non-respect de la parité sur les listes, candidat présenté ne remplissant pas les conditions d’éligibilité…). Seul le tribunal d’instance est compétent pour juger de la validité d’une liste de candidats présentée aux élections professionnelles.

Cependant, il est possible pour l’employeur de refuser une liste si cette dernière a été présentée en dehors des délais fixés par le protocole d’accord préélectoral (PAP). En effet, pour des raisons d’organisation des élections, toute liste de candidats présentée au-delà de la date et de l’heure limite prévue peut être légitimement écartée par l’employeur et ne sera donc pas prise en compte pour l’élection. L’employeur doit veiller à ce qu’une telle clause soit inscrite dans le protocole, sans quoi les listes pourront être valablement déposées jusqu’au jour des élections. Il doit aussi faire attention à laisser un délai raisonnable aux salariés pour manifester leur candidature pour ne pas risquer une annulation de ses élections.

Même si l’employeur ne peut refuser une liste présumée invalide, si cette dernière est présentée dans les délais, il peut néanmoins en avertir les candidats concernés pour que ces derniers puissent modifier la liste notamment s’il s’agit d’une erreur d’inattention de leur part. Il est donc recommandé de privilégier le dialogue avant de saisir le tribunal. En effet, le risque pour un syndicat ou un candidat libre de présenter une liste invalide est de voir son élection annulée devant le tribunal : cette issue n’est souhaitable pour personne.

En revanche, si les candidats souhaitent maintenir leur liste en l’état, ils sont en droit de le faire et l’employeur devra enclencher une procédure de contestation pour obtenir l’annulation de la liste ou candidature litigieuse. Cette procédure ne vient cependant pas suspendre le processus électoral, les élections doivent donc se dérouler comme prévu et si le tribunal ne se prononce pas avant la tenue du scrutin, la liste sera proposée telle qu’elle aux électeurs. Si le tribunal approuve la demande de l’employeur, il pourra alors déclarer l’annulation de l’élection.

Il est prévu par le Code du travail que la contestation portant sur les candidatures présentées aux élections peut être introduite dans les 15 jours qui suivent les élections.

Références :

Réussissez vos élections CSE avec People Vox !

Plateforme de vote électronique et accompagnement juridique complet.
Adorée par les salariés. Adoptée et recommandée par les DRH et Directions d'entreprise.